Connaissez-vous les vertus de l'extrait de pépin de pamplemousse ?

pamplemousse et santé

Est-il utile de rappeler que la nature est une source gigantesque de remèdes naturels mis à notre disposition depuis des millénaires, et que la médecine naturelle est la plus usitée au monde.

Elle nous fournit des substances végétales, minérales, animales. Les découvertes sur des principes actifs naturels sont souvent oubliées car remplacées par la pharmacie moderne et les principes actifs naturels sont remplacés par des principes actifs de synthèse, dommage !

L'utilité conjointe des deux est à mon sens d'un usage raisonné. Pourquoi ne pas conserver le meilleur de ces deux approches et faire cohabiter plutôt que d'opposer ! La puissance du médicament en cas d'urgence, l'aigu  ... L'alternatif pour le chronique et le terrain.

L’extrait de pépins de pamplemousse, un super produit

C’est par ce prisme que je souhaite vous parler d’une merveille de la nature : l’extrait de pépin de pamplemousse (EPP). Cette substance a été découverte par Jacob Harich, un médecin yougoslave (1919 – 1996). Ce dernier  mena beaucoup de travaux sur ses propriétés après s’être rendu en Floride en 1963, où il put faire financer sa recherche sur cet extrait naturel. Les travaux de ce pionnier ont reçu l’hommage de l’institut pasteur en 1995 lors de sa venue en Europe.

Il s’agit d’un produit non toxique et purifiant pour l’organisme, issus des pépins de pamplemousse. Des centaines de tests (in vitro) en laboratoire ont montré son champ d’action incroyable  sur différentes espèces : champignons et levures (candida Albicans, Monilla Albicans…), parasites, bactéries gram+ et gram – (escherichia E coli, proteus vulgaris…).  Aucune résistance connue !

Les tests ont montré son action efficace sur ces germes à des concentrations relativement faibles. Malgré l’ancienneté de l’utilisation de cet extrait, le mode d’action précis de cette substance semble récemment élucidé par une équipe de Séoul menée par le Dr Seung Hwan qui avance un mode d’action par modification de la membrane cellulaire.
                                 

Des travaux qui rejoignent ceux du professeur Roger Wyatt de l’université de Géorgie sur l’action désinfectante de l’EPP par action membranaire.

Le plus incroyable, et ce qui reste encore une énigme pour la recherche, c’est comment ce mode d’action sur les membranes cytoplasmiques cellulaires agit sur autant de germes pathogènes en épargnant nos bonnes bactéries et en respectant la vie !  Au contraire, puisqu’en agissant sur les germes néfastes, cette substance fait de  la place à nos lactobacillus et bifidobactérium digestifs si importants pour l’équilibre de notre flore digestive. Ces germes nous protègent des agresseurs !

Pour le Dr Allan Sachs  ayant aussi beaucoup apporté à la recherche sur cet extrait, l’EPP est actif à des concentrations très diluées ce qui en fait un remède idéal contre de nombreux germes potentiellement dangereux. La non toxicité est également soulignée par ce dernier en rappelant les travaux du Northview Pacific Laboratory (1995) relatant une absence de danger de l’EPP à « une dose supérieure à 5000 mg par kg corporel » soit pour un adulte de 80 kg  400000 mg !   La consommation habituelle étant inférieure à 1000 mg !

Mon usage pratique de l’EPP et quelques conseils.

L’utilisation peut se faire en extrait sec qui sera recommandé en cas de muqueuses fragiles. C’est le cas si la flore digestive est perturbée (candidose digestive par exemple, intolérances….).

Lereca commercialise CITRUMAX qui associe l’extrait de pépin de pamplemousse à d’autres actifs naturels comme le curcuma, le cumin ….

Lereca commercialise aussi EPP + Camu Camu, un complément alimentaire sous forme liquide qui contient à la fois des extrais de pépins de pamplemousse et des extraits de Camu Camu, petit fruit originaire de l’Amazonie exceptionnellement riche en vitamine C et antioxydants.

Ce complément alimentaire sous forme liquide trouvera son usage multiple dans différents domaines d’action :

Je l’utilise volontiers pour les déplacements où il trouve sa place dans une trousse à pharmacie et permet de pallier à beaucoup de petits maux que l’on peut rencontrer dans les déplacements lointains ! C’est aussi la petite pharmacie de l’hiver et de ses maux ! Pensez-y au moment de la rentrée, il faut en avoir dans sa pharmacie familiale.  
  • Diluer quelques gouttes (une dizaine) dans l’eau pour la purifier ! c’est pratique, facile et efficace.
  • Même chose en bains de bouche, pas de risque à l’avaler ! c’est parfait
  • Quelques gouttes aussi sur la brosse à dent permettent de la nettoyer !
  • A tester sur les épisodes viraux (20 gouttes trois fois par jour) c’est assez bluffant ! Quand le ventre commence à gargouiller après avoir passé quelques jours à s’habituer à la cuisine « locale » de certains pays. Ne partez pas sans votre petit flacon d’Epp ! Même chose l’hiver en période de gastro entérite, un bon moyen naturel à côté des règles d’hygiène à rappeler ! Lavez-vous les mains souvent !!! Elles véhiculent de nombreux germes.
  • Permet un usage local pour nettoyer les petits bobos de la famille qui ont tendance à s’infecter plus rapidement en période de chaleur.
  • J’ai eu aussi l’occasion de le faire tester sur le « fameux » bouton de fièvre qui vous dévisage et apparait « monstrueux et douloureux » après les premières expositions au soleil ou dans une période de forte fatigue. Dans ce cas je dilue une dizaine de gouttes dans de l’eau et l’utilise localement en tamponnant, puis en consomme 20 gouttes 3 fois par jour. Le camu camu apporte de la vitamine C naturelle qui booste l’immunité, idéale !
  • Atchoum, la climatisation a frappé, vite 10 à 20 gouttes d’EPP trois fois par jour !
  • A l’automne, je commence une cure de prévention 10 gouttes tous les jours pendant 20 jours que je renouvelle en période d’épidémies de gastro et rhumes.
Voilà donc quelques exemples non exhaustifs  de son utilisation multiple et  peu couteuse !
 

Biblio

Heggers JP, Cottingham J, Gusman J, Reagor L, McCoy L, Carino E, Cox R, Zhao JG. The effectiveness of processed grapefruit-seed extract as an antibacterial agent: II. Mechanism of action and in vitro toxicity. J Altern Complement Med. 2002 Jun;8(3):333-40. PubMed PMID: 12165191.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10399191


http://www.zentrum-der-gesundheit.de/pdf/scheidenpilz-01.pdf

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24773577

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16886437


http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23460435



Rédigé le  4 fév. 2016 22:12  -  Lien permanent

Commentaires

bonjour
j'ai acheté du citrumax, par contre pouvez vous me dire si il y a interaction avec des médicaments contre l'hypertension, car le pamplemousse a des effets négatifs pour ce genre de traitement
Publié par : DAniele VINCENT - 10 avril 2016 7:27
@Daniele Vincent. BONJOUR le jus de pamplemousse frais ou industriel est un inhibiteur enzymatique du cytochrome p450 en raison d'un composant contenu dans les membranes blanches du fruit; nous utilisons de l'extrait de pépins de pamplemousse; il n'y a donc pas cette substance dans les pépins, uniquement présente dans les membranes. merci de votre confiance
Publié par : patricia - 11 avril 2016 9:28
Article très intéressant sur l'utilisation de l'extrait de pépin de pamplemousse( et non le fruit entier) efficace et pratique par voie générale mais aussi local (ex: eczéma surinfecté)chez l'adulte mais aussi chez l'enfant pour qui le citrumax n'est pas toujours facile en ouvrant la gélule ( goût du curcuma )
Ulysse
Publié par : Ulysse - 11 juillet 2016 9:10

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site